Entreprise du futur : enjeux économiques, sociaux et humains

Un nouveau blog

SEANCE 3. ACCELUCTION ET LIBERATION DE L’ENTREPRISE 4.0 : CONVERGENCE OU DIVERGENCE ?

Date : le 11 juin 2018

Horaires : de 16h00 à 18h00

Lieu : Institut Mines-Télécom, 37-39 rue Dareau, 75014 Paris

Salle : DB001

Inscription

 

Présentation

Cette troisième séance visera à mieux comprendre : d’une part, comment le mouvement de numérisation que connaissent actuellement les entreprises peut ou non favoriser la créativité de ses collaborateurs et permettre par là même leur émancipation ; et, d’autre part, comment ce même mouvement redéfinit les formes de la compétitivité et celles de la création de valeur ajoutée. Il s’agira alors de mieux identifier comment le problème que pose la création de richesse à l’ère du « 4.0 » peut ou non s’articuler avec celui que pose l’émancipation des collaborateurs de l’entreprise.

 

Intervenant 1 : Isaac Getz

Présentation de l’intervenant

Isaac Getz Isaac Getz est professeur de leadership et de l’innovation à l’ESCP Europe. Titulaire d’un doctorat en psychologie et d’une HDR en sciences de gestion, il était professeur visitant a Cornell et Stanford. Ses travaux portent sur l’innovation, la créativité, la transformation organisationnelle et le leadership libérateur. Son dernier ouvrage « L’entreprise libérée » est paru chez Fayard en 2017.

Résumé de l’intervention

Nous entendons souvent que les salariés manquent de sens et de responsabilité dans leur action et ne sont pas assez engagés et c’est vrai en apparence : dans une organisation traditionnelle peu de salariés viennent dans l’entreprise car ils partagent un sens profond avec elle, et une fois sur place, peu entreprennent les initiatives. Mais cette apparence est trompeuse : beaucoup de ces mêmes salariés sont très dynamiques et innovants une fois ils quittent les portes de leur entreprise. On les trouve construire des avions ultralégers, lancer des associations, protéger la nature…  Mais les idées qu’ils ont concernant leur travail, ils préfèrent les partager avec leurs amis, leur famille—pas avec leur organisation. Imaginez maintenant des organisations dans lesquelles les salariés sont libres et responsables d’entreprendre toute initiative qu’eux-mêmes décident d’être la meilleure pour leur organisation. Imaginez que ces organisations attendent les sommets de performance de leurs secteurs durant des décennies grâce à l’innovation et la relation client exceptionnelles. Imaginez, enfin, que leurs salariés sont non-seulement engagés et créatifs en permanence, voient le sens dans leur action mais aussi heureux…  Du rêve ? Pas du tout ! Des centaines d’organisations comme ça existent, de toute taille, géographie et secteur, service ou industrie. Nous les avons observé pour comprendre leur fonctionnement et grâce auquel type de leadership elles étaient transformées. Nous partagerons nos enseignements de ce changement majeur dans l’organisation de travail et comment le conduire lors de cette conférence.

 

Intervenant 2 : Ahmed Bounfour

Présentation de l’intervenant

Ahmed Bounfour est professeur à l’Université Paris-Sud. Il est membre du laboratoire réseaux, Innovation, Territoires et Mondialisation (RITM) dont il dirige l’axe Réseaux Innovation et est  titulaire de la chaire européenne de l’immatériel. Il s’intéresse aux interactions existantes entre le développement des technologies numériques, la compétitivité, la création de valeur et l’avènement de nouveau systèmes socioéconomiques. Il a écrit de nombreux ouvrages et articles scientifiques sur les thèmes de la mesure de l’immatériel et sur sa valorisation. Il a dirigé le programme de recherche international ISD porté par la Fondation CIGREF.

Résumé de l’intervention

La présentation renvoie aux travaux de l’auteur sur les nouveaux systèmes de production portés par le numérique. L’accéluction – ou production accélérée de liens – est ici proposé comme concept caractérisant le mode de production émergent. Elle est définie en comparaison du Lean, l’autre système de production  encore conceptuellement en action. La présentation indique les caractéristiques clés du nouveau mode de production, notamment autour d’une série de tensions – entre organicité et transaction, entre ressources « internes » et ressources de plateformes, entre temps court et temps long -, ainsi ses implications clés pour l’action managériale, autour de six scénarios (mesospaces, back to the basics, plateformes et rejet du numérique notamment).

Commentaires Clos.